Donnerstag, 17. Dezember 2015

Un jour pour geindre

17.12.2015 

Pris individuellement, ils sont mignons, gentils, prévenants. Mis ensemble dans une pièce, ils se transforment en monstres, une véritable meute…
Je n’arrive pas à comprendre qu’ils ne se donnent aucun mal pour apprendre quelque chose. Est-ce à cause de ces nouvelles méthodes d’enseignement ? Les élèves ne doivent plus apprendre, ils doivent savoir où chercher les informations dont ils ont besoin. Le prof ne détient plus le savoir, il est le guide qui aide à trouver ces informations.
Bien, maintenant, appliquons ces méthode à l’apprentissage des langues en général, et du français en particulier. Admettons qu’un élève entende l’annonce d’un haut-parleur dans une gare. À l’école, il aura appris à chercher les mots sur Internet ou dans un dictionnaire. S’il dégaine son « Smartphone » et essaie de faire ça dans la gare, il aura dix fois le temps de rater son train… « Apprendre les mots, pour quoi faire ? Prononcer correctement, ça m’apporte quoi ? Parler français en cours, à quoi ça sert ? De toute façon, je ne veux pas aller vivre en France et encore moins y passer des vacances ! »

Je ne demande pas qu’ils fassent des phrases parfaites, vu les difficultés qu’ont déjà les gens de langue maternelle à dire ou écrire une phrase correcte. La seule petite chose qui me redonnerait espoir, qui me ferait croire en la jeunesse actuelle serait qu’ils comprennent quand je leur dis : « Nous parlons français » ou qu’ils apprennent au moins un « s’il vous plaît, j’aimerais… » dans un français compréhensible.


Keine Kommentare: